LA MAIRIE RÉPOND AUX DOLÉANCES

Dans le cahier de doléances qui a été ouvert à la mairie entre le 21 décembre 2018 et le 15 janvier 2019, des habitants se sont aussi exprimés sur des problématiques et sujets locaux. La municipalité y répond !

1 > Revoir la réfection de la route Plouguerneau-Lilia : route trop bruyante.

L’entretien des routes départementales incombe au département. Chacun peut ainsi faire remonter ses remarques directement au conseil départemental du Finistère par téléphone au 02 98 76 20 20 ou par courriel à contact@finistere.fr

2 > Suite à la nouvelle dénomination des rues :

  • pour toute demande auprès du cadastre obligation de communiquer l’ancienne adresse.

Après vérification par la direction aménagement, les données cadastrales sont bien à jour. Pour rappel, un accueil urbanisme est ouvert le lundi, mardi, mercredi, jeudi et vendredi de 9h à 12h. Vous pouvez prendre rendez-vous au 02 98 04 59 61.

  • pour les utilisateurs du GPS, la mise à jour des nouvelles adresses n’a pas été faite.

La commune a mis à jour la base de données sur laquelle les fabricants de GPS doivent aller collecter les données. En fonction des GPS, leurs mises à jour sont faites à des fréquences très variables. D’autre part, chaque signalement d’une erreur sur un GPS est vérifié et corrigé si besoin avant d’être ajouté à la base de données. A charge ensuite pour les fabricants d’intégrer ces mises à jour à leurs cartes et aux usagers d’actualiser leur logiciel GPS.

3 > Ouverture de la médiathèque en dehors des horaires scolaires

Depuis le 1er janvier 2019, les horaires de la médiathèque ont évolué pour passer de 15h d’ouverture hebdomadaire à 23h. Désormais, la médiathèque est ouverte le mardi de 10h à 12h et de 15h30 à 19h, le mercredi de 10h à 12h et de 14h à 19h, le vendredi de 15h30 à 19h, et le samedi de 10h à 17h.

4 > Revoir la gestion de l’éclairage public

Comme les 275 communes finistérienne, la commune de Plouguerneau a confié la gestion de l’éclairage public au Syndicat Départemental d’Énergie et d’Équipement du Finistère (SDEF). Ce service couvre l’investissement, la maintenance, la cartographie du patrimoine lumineux et le contrôle de l’énergie.

Le signalement des dysfonctionnements de l’éclairage de la commune sont remontés au SDEF par les services techniques quand ils en ont connaissance. C’est ensuite au syndicat d’intervenir. Compte tenu de l’étendue du territoire, nous invitons chacune et chacun à signaler à la mairie toutes anomalies concernant l’éclairage public.

En 2017-2018, 87 signalements ont été fait et 93 points lumineux vétustes ont été remplacés. De plus, pour améliorer la qualité de l’éclairage la mairie a budgété 61 000 € au titre de l’année 2019.

5 > Augmenter le nombre de stationnements pour les vélos

La municipalité a à cœur de développer les mobilités douces dont le vélo fait partie. En témoigne la création de 27 kilomètres de pistes cyclables serpentant l’ensemble de la commune. Pour assurer un stationnement sécurisé, 2 racks et 27 range-vélos à vélos ont été installés sur la commune. Soit 76 places de stationnement pour les vélos !

6 > Signalement de la traversée de la piste cyclable de la « Chaucidou »

La Chaucidou aussi appelée « chaussée à voie centrale banalisée », est adaptée aux voies trop étroites pour envisager la création de bandes cyclables dédiées. C’est le cas de la route de St Michel. Pour renforcer la sécurité des cyclistes, notamment sur la portion où ils sont invités à passer de l’autre côté de la voie, la mairie travaille à l’élaboration d’une solution optimale avec la direction départementale des territoires et de la mer (DDTM).

7 > Arrêt des dépenses d’argent public : Espace Armorica et création de 10 lits au phare

  • Espace Armorica

Héritage de la précédente majorité, l’Espace Armorica est surdimensionné par rapport au territoire. Pour autant, la mairie s’efforce de proposer chaque saison, une programmation variée et de qualité s’adressant au plus grand nombre ; d’ouvrir largement les salles de l’équipement aux activités associatives et communales ; et d’investiguer toutes possibilités d’optimisation (boîte de nuit éphémère, cinéma, etc.).

  • Projet de l’île Vierge

Faisant face à un désengagement de l’Etat, la commune de Plouguerneau s’est engagée avec la Communauté de Communes du Pays des Abers (CCPA) dans un projet d’aménagement et de restauration des infrastructures présentes sur l’île Vierge. Cette opération a pour but de sauvegarder le patrimoine protégé, aujourd’hui en péril et de renforcer la protection de l’environnement de l’île qui connaît déjà une forte augmentation de sa fréquentation. Une des grandes originalités de ce projet est la transformation de la maison des gardiens en gîte patrimonial de qualité qui donnera la possibilité aux visiteurs de s’imprégner de ce qu’était la vie des gardiens de phare.

Au-delà de ces travaux, l’objectif est de renforcer l’activité touristique de notre territoire et donc de soutenir son économie. Le coût global de l’opération est estimé à 3,7 millions d’euros HT subventionné à hauteur de 70 % par divers partenaires institutionnels (Région, DRAC, Conservatoire Littoral, Département du Finistère, Ministère de l’Intérieur…). Le reste à charge étant supporté par la communauté de communes à hauteur de 70 % et la commune de Plouguerneau à hauteur de 30 %.

8 > Pour que le « Pass commerce » et artisanat attribué par la CCPA soit accessible également aux commerces hors bourg

Attribué par la Communauté de Communes du Pays des Abers (CCPA) en partenariat avec la Région Bretagne, le Pass commerce-artisanat a pour objectif d’aider à la modernisation du commerce indépendant et de l’artisanat et de dynamiser l’activité économique des TPE dans les centralités. Ce Pass est attribué aux commerçants et artisans se situant dans une une zone clairement identifiée dans chaque commune notamment le centre-ville.

Or, notre commune se compose en réalité de trois agglomérations : centre-bourg de Plouguerneau, Le Grouaneg et Lilia. Les commerçants et artisans se trouvant en dehors du centre-bourg ne sont donc pas éligibles. Un cas de figure que l’on retrouve de l’autre côté de l’aber, à Landéda et à l’Aber Wrac’h. Faire évoluer cette règle pour répondre aux spécificités de notre commune est une préoccupation de la municipalité.

9 > Réinventer le conseil municipal et abandonner le scrutin de liste

Cette demande ne relève pas de décision locale mais de compétence de l’Etat. Cette doléance doit être prise en compte au niveau national.

10 > L’endettement de la municipalité de doit pas dépasser 30 % de son budget

La dette a fortement augmenté lors du précédent mandat.

Les efforts consentis depuis 2014 ont permis de réduire la dette totale (capital + intérêt) de 28 %. Pour autant, il reste beaucoup à faire encore : la commune aura besoin de 24 ans pour baisser la dette de moitié et la ramener à un niveau plus raisonnable, autour de 6 millions d’euros.

Une bonne nouvelle toutefois : le rapport entre l’encours de la dette et l’épargne brute (le nombre d’années nécessaires pour rembourser le capital de la dette si on y affecte toute l’épargne brute) est tombée à 7,8 années. Soit le niveau le plus bas depuis fort longtemps !

11 > Arrêter avec la politique « copain-copine » et la manipulation des associations

Durant le mandat, le montant des subventions est resté stable. Pour répartir l’enveloppe budgétaire allouée aux associations de façon équitable et transparente, la mairie a instauré depuis 2017 un dossier de demandes de subventions à remplir obligatoirement.

12 > Ecologie : ce n’est pas les mêmes solutions partout sur chaque territoire

C’est tout le sens de l’action la majorité depuis le début du mandat : « Penser global, agir local » !

Des questions ? Des précisions ? Contactez la mairie pour plus d’informations !