MAISON DE LA MER : DE L’EAU CHAUFFÉE NATURELLEMENT !

vers une réduction de la facture énergétique

Depuis 2014 la municipalité s’est lancée dans une politique volontariste de réduction des coûts énergétiques des bâtiments communaux en lien avec Energ’ence, l’agence Energie – Climat du Pays de Brest : la reprogrammation des chauffages, les travaux d’isolation ou encore la renégociation des contrats d’énergie sont quelques-unes des actions déjà réalisées. Aujourd’hui, une nouvelle étape est franchie avec l’installation d’équipements durables utilisant l’énergie solaire. La Maison de la mer est la première à inaugurer ce type de solution innovante.

Equipement incontournable du Korejou, la Maison de la mer s’équipe de panneaux solaires. Le but ? Chauffer l’eau des deux grands ballons d’eau chaude qui alimentent les douches tout en allégeant la facture d’électricité : « la Maison de la mer abrite la SNSM, le club de plongée et le club nautique de Plouguerneau. C’est un lieu hautement fréquenté d’avril à octobre, période pendant laquelle la pratique des sports nautiques s’intensifie. Tous les jours, de nombreuses douches sont prises. La facture annuelle s’élève à 6000€ d’électricité », explique Yannig Robin, le Maire de Plouguerneau.

« Avec cette installation subventionnée en partie par l’ADEME, l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie, nous prévoyons de diviser au moins par deux la facture d’électricité de la Maison de la mer, avec un retour sur investissement en trois ans, précise Audrey Cousquer, déléguée au développement durable et à la transition énergétique. Cette action s’inscrit aussi dans une logique partenariale avec les associations, celle de baisser ensemble la facture d’énergie. Nous sommes tous gagnant au final : les associations, la mairie et…l’environnement ! ».

Techniquement, le système installé correspond à la mise en place d’une surface de capteurs solaires de 15 m² sur le toit de la Maison de la mer, avec une orientation sud et une inclinaison de 30°C. Cette surface sera associée à deux ballons de stockage solaire de 1000 et 2000 litres. A la clé, une baisse de plus d’une tonne de CO2 par an (1,28t exactement), ce qui réduit d’autant l’impact environnementale du bâtiment. 

2 autres projets de solarisation programmés

Partant d’un constat simple – l’énergie solaire est disponible partout, gratuite à l’usage, abondante, inépuisable et non polluante ; les élu-e-s de Plouguerneau, conseillés par Energ’ence, ont d’ores-et-déjà acté deux autres projets de solarisation : l’un sur la salle omnisports Owen Morvan de Lilia et l’autre sur la future cuisine scolaire municipale.

Bien que le point commun entre ces trois projets soit d’utiliser l’énergie solaire, des stratégies différentes ont été pensées quant au devenir de l’énergie produite : « pour chacun de ces équipements municipaux, nous avons étudié leurs besoins énergétiques selon la nature des activités qui y ont lieu tout en cherchant à être le plus économiquement rentable », indique l’élue en charge de la transition énergétique.

Revente ou autoconsommation ? Les 2 nous répond le Maire : « alors que les panneaux photovoltaïques sur le toit de la salle de sport de Lilia produiront de l’électricité qui sera directement réinjecté dans le réseau et revendu à ENEDIS, ceux qui seront installés sur le toit terrasse de la future cuisine municipale alimenteront directement les équipements en énergie électrique. Le surplus sera lui aussi revendu ».