CONFINEMENT : QUE FAITES-VOUS CHEZ VOUS ?

dites-nous ce que vous faites chez vous !

Crédit photo : Markus Spiske

À période exceptionnelle, rubrique originale : « Que faites-vous chez vous ? » est une série de chroniques où des habitants racontent leur quotidien. Une manière de garder le lien ! Publiées initialement dans le bulletin d’information municipal, nous vous proposons de découvrir sur cette page ces séquences de vie de vos voisin.

PARTAGEZ CE QUE VOUS FAITES !

Vous souhaitez raconter votre quotidien, exprimer votre manière de vivre ce confinement… envoyez-nous votre texte (750 signes maximum espaces compris) accompagné d’une photo ou d’une vidéo à bim@plouguerneau.bzh ou via Messenger.

«  Nag a chañs hon eus-ni da veza kraouiet en eur vro ken kaer, ‘amañ pell diouz an trouz hag holl safar ar bed’. Ha truez ouz ar paourkeaz tud  a zo paket kloz er c’heriou bras. Kant mil bennoz a lavaromp d’ar re a gendalc’h da labourat war-dro ar re glañv evit klask savetei o buhez dezo ; d’ar beizanted ha d’ar re zo o werza boued, kuitez deomp da vervel gant an naon, ha d’an holl ha n’o deus ket damant d’o foan evit kas ar vro en-dro. ‘Berr ar vuhez, hir an amzer !’. Evidon-me n’oun ket inouet er gêr. Ranket hon eus er Vro Bagan chom a-za da c’hoari ar pezioù dirak an dud ha da vont barz ar skolioù war-dro ar vugale. Labour a c’hellomp ober diouz ar gêr memestra : aoza an traou evit an hañv (Tan ha kurun Kof ha Kof, abadennou Meneham…), skriva peziou-c’hoari nevez, a-benn ar bloavez zeu. Kendalc’her a ran gant ar c’hentelioù brezhoneg war ar rouedad ivez. Ar re zo er skol a lavar o deus muioc’h a labour ganin bremañ ! Labour a-bell. A-hend-all e skrivan ur romant nevez, Lilia e 1918 gant an Amerikaned hag un toullad istorioù berr. Gant ar gazetenn YA hag Arvorig FM (Ifig Kalvez) e labouran atao ivez, evit rei brezhoneg da lenn ha da glevet. Ha pa vezan aet skuiz o tua paper hag o c’hlabousat ez an d’ober un dro verr (al lezenn a zo !) en-dro d’ar gêr, d’ar red pe gant ar marc’h-houarn, ha sellet (a-bell !) ouz ar mor. Skrabat douar a ran ivez da lakaat ur guchenn legumaj, touza al lotenn ha sellet ouz an natur. Bremañ pa ‘z nebeutoc’h a vres gant an dud, e vez  klevet al laboused o kanañ adarre, gwelet ar gozed o tic’hasti hag ar peuri o kreski war an heñchoù troad. Gant ma ne deuio ket ar bleizi en-dro er vro ! Kenavo. «  

Goulc’han Kervella

«  Nous avons, en Bretagne et à Plouguerneau,  la chance d’être confinés dans un si beau pays ! Nous compatissons à la détresse de ceux qui sont enfermés  dans les grandes villes. Et pleins de reconnaissance pour ceux qui continuent à travailler dans des conditions difficiles, auprès des malades ; mais aussi pour nous donner à manger et faire vivre l’économie. « Courte est la vie, et long le temps » ! Pour ma part je ne m’ennuie pas. Ar Vro Bagan a du arrêter ses représentations et ses interventions dans les écoles. Mais il y a le travail à préparer pour l’été (nouveau son et lumière en particulier) et de nouvelles pièces à écrire pour la rentrée. Je continue les cours de breton par internet, travaille pour la revue YA et la radio Arvorig FM, pour qu’on lise et entende encore du breton, alors que l’audio-visuel public est muet en breton ! Je termine aussi un roman sur les Américains à Lilia en 1918. Pelouse et légumes dans le jardin, un petit tour à pied ou à vélo à proximité. Regarder la mer (de loin !) et vivre la nature. Maintenant qu’il y a moins d’agitation de la part des humains,on entend à nouveau  les oiseaux chanter, les renards et les taupes ont repris leurs droits et l’herbe repousse sur les chemins piétons. À quand le retour des loups ? Kenavo. « 

Un message de solidarité de l’outre-Manche

 » Au lieu de passer Pâques à Plouguerneau, nous restons chez nous, comme vous, in lockdown. En pensant à Plouguerneau, le littoral est l’inspiration pour quelques vitraux créés dans le petit atelier de jardin ! Prenez soin de vous. À bientôt.  »

Jonathan et Sue Smith, Lymington, Angleterre et Plouguerneau

 » Avec ce cœur végétal que j’ai réalisé avec des tiges fanées de ma prairie fleurie de l’été dernier dans mon jardin,  je remercie toutes les personnes courageuses et admirables qui se dévouent chaque jours en cette crise sanitaire. Merci beaucoup !  »

Marie-Joseph Huitorel 

«  Pour avoir le sentiment d’être moins confiné, j’ai peint la baie du Koréjou sur le mur de mon jardin.
Et ça marche ! 
 »

Constant Le Mest de St Cava.

«  Ici on ne peut pas dire que le confinement soit signe d’ennui ! Entre les enfants toute la journée (6 et 2 ans), qui heureusement jouent beaucoup dans le jardin avec le beau temps, nos entreprises à gérer (au ralenti en ce moment), et la couture de masques pour aider les professionnels de la commune qui en ont besoin : 20 livrés hier à l’EHPAD, et je cherche des moyens pour en faire plus en moins de temps, je fais des tests… Et puis aussi, on cuisine et on pâtisse beaucoup, parce que dans cette période à l’avenir incertain c’est important pour le moral des troupes de bien manger ! Et j’ai repris la lecture de Une autre fin du monde est possible, vivre l’effondrement et pas seulement y survivre. Ce livre prend tout son sens en ce moment ! « 

Cécile Lamouille